Étonnante ressemblance…

« Beau (et surprenant) comme la rencontre fortuite d’un parapluie et d’une machine à coudre »
Lautréamont – les chants de Maldoror (1869)

 Malevich

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation